25/11/2011

Article 7 : Enfants handicapés

Lire l'article 7

Les questions suivantes sont extraites du rapport de l'IDA (International Disability Alliance) : « DOCUMENT D'ORIENTATION- De l'usage effectif des Mécanismes Internationaux de contrôle et de suivi des Droits de l'Homme pour la protection des Droits des personnes Handicapées ». Elles sont simplement destinées à vous orienter dans votre réflexion.

Votre témoignage ne doit pas obligatoirement s'appuyer sur ces questions.

Merci de répondre en précisant si vous êtes vous-même en situation de handicap, parent, proche, professionnel en laissant un commentaire à cette note ou en imprimant et renvoyant votre témoignage à l'adresse indiquée.

  1. Les lois et les politiques établissant les droits des personnes handicapées accordent-elles une attention particulière à la situation des enfants handicapés ?
  2. Les lois générales de promotion des droits des enfants traitent-elles de la situation des enfants handicapés ?
  3. Les meilleurs intérêts de l'enfant sont-ils pris en compte dans toutes les actions concernant les enfants handicapés ? Les meilleurs intérêts de l'enfant sont-ils appliqués à la mise en œuvre de toutes les dispositions de la CDPH ?
  4. Les enfants handicapés peuvent-ils exprimer leurs opinions sur toutes les questions les concernant, et ces points de vue sont-ils pris sérieusement en considération sur un pied d'égalité avec les autres enfants ? Fournit-on aux enfants handicapés un soutien adapté à leur âge et à leur handicap afin qu'ils puissent exercer ces droits ?
  5. Des mesures qui prennent en compte l'évolution des capacités des enfants handicapés sont-elles prises par l'État ?

 

Commentaires

Il y a la question emblématique des enfants handicapés, notamment mais pas exclusivement les jeunes autistes, qui se retrouvent exilés dans les établissements belges, et ceci depuis des années. Et au lieu de réparer cette injustice, la secrétaire d'État aux solidarités a encore en décembre 2011 signé une convention avec la Belgique pour entériner cet état de fait !!!
Il y a aussi les très nombreux problèmes de scolarisation des enfants handicapés, qui dans les faits n'arrivent pas à obtenir une AVS, auxiliaires de vie scolaire, ou suffisamment d'heures. Il y a aussi l'absence de professionnalisation de ces personnels qui ne permet pas une scolarisation de bonne qualité pour l'ensemble des enfants handicapés. Et il y a aussi le manque d'accessibilité des établissements scolaires français, et le manque de matériel pédagogique adapté mis à disposition.
De plus, la majorité des personnes touchées par le handicap dans l'enfance ont été exclues du milieu de vie ordinaire, les obligeant bien souvent à vivre dans des établissements médico-sociaux, ou de surcroît leur droit à la scolarité n'était même pas respecté. Ce qui n'a pas permis de mélanger dès le plus jeune âge les enfants en situation de handicap ou de maladies invalidantes et les enfants « valides ». Le manque d’éducation ne facilite pas l’accès à l’information.

Écrit par : Odile MAURIN | 18/03/2012

Il y a un retour en arrière par rapport aux années 2000 dans la scolarisation des élèves porteurs de trisomie 21 en France. Trisomie 21 France a lancé un cri d’alerte aux pouvoirs publics en mars 2011.
Le milieu protégé est toujours privilégié par rapport au milieu ordinaire :
- En Haute-Loire, lorsque les parents d’un enfant porteur de trisomie 21 ne sont pas informés, la scolarisation en institution spécialisée est systématiquement proposée dès la maternelle, ou un peu après.., d'abord à temps partiel pour finir à temps complet en IME (institut médico éducatif)
- pour soutenir la scolarisation, on a créé des services de soins, mais ces services dépendent des établissements spécialisés (ont le même directeur) et servent en fait de sas vers ces institutions spécialisées (le prix de journée que le directeur reçoit pour l’IME 250 € par jour, est bien supérieur à celui qu’il reçoit pour son service de soins)
Il est nécessaire que les services de soins et d’accompagnement soient autonomes, c'est-à-dire non rattachés à des institutions spécialisées (IME..) afin d’avoir de vrais conseils en dehors de tout intérêt partisan

Écrit par : maguy | 31/05/2012

Les commentaires sont fermés.