25/11/2011

Article 29 : Participation à la vie politique et publique

Lire l'article 29

Les questions suivantes sont extraites du rapport de l'IDA (International Disability Alliance) : « DOCUMENT D'ORIENTATION- De l'usage effectif des Mécanismes Internationaux de contrôle et de suivi des Droits de l'Homme pour la protection des Droits des personnes Handicapées ». Elles sont simplement destinées à vous orienter dans votre réflexion.

Votre témoignage ne doit pas obligatoirement s'appuyer sur ces questions.

Merci de répondre en précisant si vous êtes vous-même en situation de handicap, parent, proche, professionnel en laissant un commentaire à cette note ou en imprimant et renvoyant votre témoignage à l'adresse indiquée.

  1. Le droit électoral général exclut-il certaines personnes handicapées du droit de vote ou du droit d'être élu ?
  2. La loi électorale générale veille-t-elle à ce que tous les bureaux de vote soient physiquement accessibles et que le matériel de vote soit accessible aux personnes non-voyantes, leur permettant de voter par elles-mêmes ?
  3. Le droit électoral général permet-il aux personnes handicapées, qui en décident ainsi, à exprimer leur vote en étant assistées par une personne de leur choix ?
  4. L'Etat fournit-il un soutien pour la création d'associations autonomes de personnes handicapées ?

 

Commentaires

Les personnes sous protection juridique, c'est-à-dire les mineurs et majeurs protégés, non pas automatiquement le droit de vote, ni d'être élu.
La citoyenneté des personnes en situation de handicap dépend essentiellement des niveaux d’accessibilité (cadre de vie, transports, habitat, communication, …), de leur droit à la scolarité, à la formation, à l’emploi, à la compensation du handicap et à l’accès à des ressources suffisantes.
Pour une personne handicapée qui aurait un mandat électif, se pose la question est le problème du cumul revenu perçu en tant qu'élu, avec des minima sociaux tels que l'AAH.

Écrit par : Odile MAURIN | 18/03/2012

Ces recommandations sont issues des échanges du "groupe jeunes" du CFHE

La participation politique implique par exemple de voter, d’être candidat, et nécessite de pouvoir s’exprimer librement, de se former, de s’informer.
Nous avons identifié des barrières à ces différents aspects et nous proposons des recommandations, pour améliorer la participation politique des jeunes en situation de handicap.


Etre formé

L’accès à l’éducation des jeunes handicapés est primordial et peut nécessiter des aménagements. C’est un combat quotidien pour y avoir accès.

Recommandations :
• Il faut faciliter l’accès aux aménagements dans le cadre scolaire et universitaire
• Encourager les jeunes handicapés à poursuivre des études, et pour cela rendre les formations et cursus accessibles, en particulier des études de politique
• Il faut permettre une accessibilité universelle au savoir, par la mise en place d’outils pédagogiques et matériels en fonction des besoins soulevés par les jeunes handicapées.



Etre informé – les supports de communication

Les journaux d’information, les programmes constituent souvent une barrière. Parfois, il y a des mots difficiles dans les programmes

Recommandations :
• Les partis politiques doivent diversifier les supports pour répondre aux besoins du plus grand nombre. (écrit, audio, vidéo).
• L’écriture et la mise en page doivent être adaptées, une attention doit être portée
o à la police (favoriser les polices Calibri, Comics ou Arial qui sont les plus accessibles)
o à l’espacement entre les lettres et les mots
o à l’utilisation de couleurs (remarque : les couleurs utilisées doivent respecter les règles de contraste, il faut noter que certaines personnes auront des difficultés à voir certaines couleurs)
• Pour les documents en ligne, il est utile d’avoir un logiciel qui permet une lecture audio paragraphe par paragraphe. Cela permet une lecture en diagonale, plus pratique qu’un fichier audio qui retranscrit l’ensemble du texte de A à Z. Mais ces logiciels sont payants et certains coûtent cher.
• Il serait nécessaire que tous les documents soient rédigés en facile-à-lire.
A ce propos, les termes « résumé » ou « synthèse » seraient plus appropriés, moins stigmatisant.


Pouvoir s’exprimer librement

La liberté d’expression passe souvent par l’oral ou l’écrit, elle est toujours directe. Il n’est pas toujours facile de se faire comprendre, cela peut entrainer un isolement social.


Pouvoir voter

Pour pouvoir voter, il faut porter une attention particulière à l’accessibilité physique, par exemple des bureaux de vote et des mairies, mais aussi à l’information, à la formation.

Recommandations
• il faut que les bureaux de vote, les mairies mais aussi tous les supports de campagne soient accessibles

Etre candidat
Parfois, on sent que l’on dérange.
L’inscription elle-même peut poser problème, par exemple quand il est difficile d’écrire sans faire de fautes

Recommandations
• Cela nécessite peu d’aménagements mais plutôt de la souplesse, par exemple sur l’importance de l’orthographe.




Proposition pour une société plus inclusive

La participation politique doit être considérée comme un acte citoyen, qui s’ancre dans la vie collective et citoyenne. Participer politiquement, c’est prendre position, s’exprimer.
Régler le problème de la participation politique, c’est une question civique, ce n’est pas seulement une question de l’adaptation des supports.
La société française reste encore trop élitiste, elle est faite pour les personnes « ordinaires », elle n’est pas inclusive, elle exclut encore trop souvent.

Visibilité
• Il faut que les personnes en situation de handicap soient plus visibles dans la société et que leur force de travail soit considérée.

« Notre handicap, c’est les autres »
La population a souvent une mauvaise image des personnes en situation de handicap. Le regard des autres peut être une barrière pour la participation politique. Ce regard entraine une réelle souffrance.

• La sensibilisation et la formation de l’ensemble de la population sont nécessaires, pour apprendre à vivre ensemble. Il faut notamment former la population à la question du handicap invisible.

Écrit par : groupe jeunes CFHE | 28/03/2013

Les commentaires sont fermés.