25/11/2011

Article 26 : Adaptation et réadaptation

Lire l'article 26

Les questions suivantes sont extraites du rapport de l'IDA (International Disability Alliance) : « DOCUMENT D'ORIENTATION- De l'usage effectif des Mécanismes Internationaux de contrôle et de suivi des Droits de l'Homme pour la protection des Droits des personnes Handicapées ». Elles sont simplement destinées à vous orienter dans votre réflexion.

Votre témoignage ne doit pas obligatoirement s'appuyer sur ces questions.

Merci de répondre en précisant si vous êtes vous-même en situation de handicap, parent, proche, professionnel en laissant un commentaire à cette note ou en imprimant et renvoyant votre témoignage à l'adresse indiquée.

  1. Les personnes handicapées peuvent-elles accéder à un large éventail de services de réadaptation dans leur communauté, et peuvent-elles avoir accès au soutien par les pairs ?
  2. La participation à de tels services est-elle volontaire ou existe-t-il des situations où la participation à un programme de rééducation spécifique est nécessaire pour accéder à certains avantages ?

     

    Commentaires

    il y a trop peu de possibilités de formation professionnelle pour les personnes handicapées, avec des délais d'attente important, et la majorité des moyens de formation sont concentrées dans les grandes métropoles
    Compte tenu du retard pris en terme de niveau de formation et de qualification, un effort particulier devrait être fait en direction des personnes en situation de handicap ou de maladies invalidantes, mais c’est le contraire actuellement avec la baisse des aides AGEFIPH notamment.
    Pour ces personnes, il faudra aussi adapter les conditions et le déroulement de ces formations aux difficultés qu'elles vivent : fatigabilité, moindre disponibilité du fait de soins, lenteur, etc.… et s'assurer que tous les besoins en termes de compensation du handicap sont aussi remplis dans ce domaine. Or ce n’est pas le cas.

    Écrit par : Odile MAURIN | 18/03/2012

    Lorsqu'il existe des services d'accompagnement, ils sont implantés en milieu urbain et ils imposent de venir vivre dans un rayon proche du service d'accompagnement ce qui a pour conséquence qu'en milieu rural, les personnes handicapées mentales qui souhaitent presque toujours rester vivre dans leur village ne le peuvent pas et on leur dit qu'il "faut" partir en foyer d'hébergement, ESAT, ou foyer de vie pour la semaine

    Écrit par : maguy | 15/12/2012

    Les commentaires sont fermés.